dimanche 25 mars 2018

Le monde selon Britt-Marie





Si vous me suivez depuis longtemps, vous savez que je suis une grande amatrice de fantasy. C’est le genre que j’affectionne le plus. Mais je ne suis jamais contre les découvertes. Et lorsque Babelio m’a proposé Le monde selon Britt-Marie, j’ai accepté tout de suite. Je remercie donc chaleureusement les Editions Mazarine et Babelio pour cet envoi.

Britt-Marie, 63 ans, n’est absolument pas passive-agressive. C’est juste que la crasse, les griffures et les tiroirs à couverts rangés n’importe comment la font hurler intérieurement. Elle sort tout juste d’un mariage et d’une vie de femme au foyer qui ont duré quarante ans, et le seul travail qu’elle ait pu dégoter la conduit à Borg, un village frappé par la crise qui s’étire le long d’une route où tout est fermé, en dehors d’une pizzeria qui empeste la bière. Britt-Marie déteste le football, or il ne reste rien d’autre à Borg. Voilà qui ne présage pas grand-chose de bon.
Mais quand les enfants de l’équipe du village ont si désespérément besoin d’un coach qu’ils sont prêts à confier le boulot à n’importe qui, que Britt-Marie ne soit ni compétente, ni volontaire n'empêche personne de la recruter! 

J’ai beaucoup aimé ce roman ! Dès les premières pages (et l’entrée de Britt-Marie dans l’Agence pour l’emploi) on ne peut qu’être attiré par ce personnage. Je pense que c’est un peu le genre de personnage que soit on adore, soit on déteste. Elle m’a touchée. Elle essaye de refaire sa vie avec ses manières, ses lubies et elle en devient très drôle. C’est un personnage complètement à part mais au final, elle s’intègre plutôt bien dans son nouvel environnement. Ceux qui gravitent autour d’elles ont tous un petit quelque chose qui les rend unique et vraiment attachants. J’ai eu un petit coup de cœur pour le personnage de Banks. La vieille aigrie qui finalement reprend goût à la vie progressivement… c’est très joli comme histoire.

L’histoire est intéressante. Britt-Marie tente de refaire sa vie et échoue dans un petit village durement touché par la crise économique. La seule chose qui importe dans ce village, c’est le football mais Britt-Marie déteste ça. Par la force des choses, elle se retrouve à coacher les enfants et finit par s’attacher à eux. Elle doit faire ensuite face à plusieurs épreuves qui mette ses nerfs et ses habitudes à rude épreuve. J’ai beaucoup aimé la tournure qu’a pris le livre. L’histoire est riche en rebondissement, et assez peu prévisible. C’est un point que j’ai apprécié. 

D’habitude, j’ai du mal avec ce genre de livre parce que tout est écrit d’avance et on devine la fin assez vite. Mais là, je ne m’attendais pas du tout à cette fin ! Et pourtant, elle est poétique et complètement en accord avec le personnage.

En résumé, c’est un roman que j’ai dévoré ! J’ai adoré l l’histoire de Britt-Marie qui m’a apporté un peu de fraîcheur au moment où j’en avais besoin. J’ai aimé ses lubies, son caractère de maniaque et tout ce qu’il lui apporte. Je vous laisse, je vais acheter du bicarbonate de soude !

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire