dimanche 29 janvier 2017

Dalida



Dalida est pour moi le nom d'une chanteuse d'un autre temps. Le nom de l'idole de ma grand-mère, la femme associé à Bambino et à Laissez moi danser. La seule chose que je sais d'elle, c'est que sa vie n'a pas été aussi belle que sa carrière le montre. Si j'ai décidé d'aller voir ce film, c'est pour plusieurs raisons. Tout d'abord, dans le cadre de mon Watching Challenge 2017 sur le site SensCritique, je devais voir un biopic. Ensuite, j'avais bien aimé celui sur Claude François alors je me suis dit qu'un autre film sur une star de la chanson pouvait être intéressant. Et enfin, oui je l'avoue, j'aime beaucoup les chansons de Dalida, j'aime sa voix et l'émotion qu'elle transporte.



Donner son avis sur un biopic est toujours compliqué puisqu'on ne peut pas juger l'histoire. On peut seulement dire quelques mots sur la façon dont elle est traité. Ici, la réalisatrice a choisi de faire démarrer l'histoire à la première tentative de suicide de la chanteuse. Ses proches témoignent auprès d'un psychiatre et on découvre ainsi, à travers leurs paroles quelques éléments de la vie de la star : comment est elle devenue ce qu'elle est, ses relations amoureuses et professionnelles... Mais le gros point négatif, c'est qu'ensuite le film s'embrouille dans sa propre chronologie. On voit Dalida petite fille, puis on fait un bond dans le futur pour finir par reprendre le fil de l'histoire. Finalement, on a l'impression que le film donne tout dans ses trente premières minutes puis le rythme s’essouffle. De plus,il est parfois mal géré. Tout vas trop vite, et l'histoire ne s'attarde pas sur les moments où la chanteuse semble être en harmonie avec elle-même. Le film la montre passant d'hommes en hommes comme si elle n'avait besoin que de ça pour exister. J'ai vraiment eu l'impression que le but de ce biopic était de montrer à quel point la vie de Dalida était malheureuse. C'est essentiellement le souvenir qu'il en reste mais elle a tout de même été une star adulée par un public, sa vie n'était donc pas si ratée que ça...

Les autre personnages présents (ses compagnons, sa famille) ne font que graviter autour d'elle. Ils n'existent pas par eux-même et parfois on ne saisit pas l'importance qu'ils ont pu avoir pour la chanteuse. L'exemple le plus criant est celui du suicide de son ex-mari : Lucien Morisse. On voit son geste et Dalida qui pleure mais aucun élément ne permet de saisir pleinement l'impact que cela a sur le reste de sa vie. J'aurais aimé que le film s'intéresse plus à la relation qui la lie à son frère plutôt qu'à son défilé d'hommes.

Enfin, pour conclure j'évoquerais un petit aspect technique. L'actrice Svelva Alviti a été dans l'obligation de faire du playback (la voix de Dalida étant ce qu'elle est, c'est difficile de l'imiter) mais cela se voit presque trop, c'est surjoué et c'est dommage. De plus, le choix de mettre certaines chansons en entier arrive parfois comme un cheveu sur la soupe. A certains passages du film, ce n'est même pas utile et on dirait plus que la réalisatrice a voulu faire plaisir au public en leur offrant un karaoké...


En résumé, c'est un film qui aurait pu être excellent s'il s'était intéressé à toute la vie de la chanteuse plutôt qu'à ses histoires « d'amour » et avec une chronologie plus construite. 

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire