jeudi 29 septembre 2016

Kubo et l'armure magique



C'est la jolie surprise de cette fin d'année. Les studios Laika, a qui nous devons déjà Coraline, nous livre une nouvelle histoire magique avec Kubo et l'armure magique.

Kubo est un être aussi intelligent que généreux, qui gagne chichement sa vie en sa qualité de conteur, dans un village de bord de mer. Cette petite vie tranquille, ainsi que celle de ses compagnons Hosato, Hashi et Kamekichi va être bouleversée quand par erreur il invoque un démon du passé. 



Commençons par le côté technique. J'ai été vraiment impressionnée par le travail fourni par les animateurs. Le film est réalisée en stop motion, c'est à dire que les animateurs bougent les personnages et filment image par image. C'est long mais le résultat est là. Tous les plans où l'on voit Kubo utilisé ses origamis dégagent une certaine forme de magie qui nous permet d'entrer directement dans l'univers. Le design des personnages est lui aussi réussi. J'ai particulièrement aimé celui de Scarabée. Les décors sont bien travaillés, on se retrouve complètement au Japon médiévale. La seule chose que j'ai un peu regretté, c'est l'absence de diversité dans la musique. On retrouve souvent les mêmes mélodies et c'est dommage.

Concernant l'écriture des personnages, petit bémol sur l'utilisation des tantes des Kubo. Elles sont inquiétantes à souhait et un développement plus précis leur aurait donné l'importance qu'elles méritent. Les autres sont attachants (mention spéciale à la petite grand mère du village!). On sent qu'ils ont été travaillés autant en technique qu'en écriture (même si celle-ci est un peu plus faible).

Par contre l'histoire m'a un peu fait grincé des dents. Elle est téléphoné et le retournement final, trop attendu, gâche un peu la beauté du film. Le message est puissant mais racbaché au cours du dernier ¼ d'heure. Malgré ces petits aspects négatifs, le film est agréable à regarder.


En résumé, j'ai quand même vraiment apprécié mon visionnage en grande partie grâce aux prouesses techniques et l'animation des origamis. 

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire