mercredi 4 mai 2016

Indiana Jones : les aventuriers de l'arche perdue




Depuis quelques mois maintenant, je suis inscrite sur le site SensCritique. Convaincue par mon meilleur ami, je me suis lancé dans le Watching challenge pour l’année 2016 (vous pouvez retrouver ma liste ici). Il s’agit de voir 51 films dans l’année, que je ne connais pas et qui répondent à certains critères. Et c’est hier (enfin), que j’ai attaqué le challenger avec le 7e film : un blockbuster. C’est avec Indiana Jones, les aventuriers de l’arche perdue que débute ce challenge.

Oui, je sais que c’est une honte de n’avoir jamais vu cette saga, mais plusieurs causes ont entraîné ce retard. Je voulais attendre de les avoir en bonne qualité et en coffret DVD. Maintenant, c’est chose faite et je vous livre ici mon avis.




1936. Parti à la recherche d'une idole sacrée en pleine jungle péruvienne, l'aventurier Indiana Jones échappe de justesse à une embuscade tendue par son plus coriace adversaire : le Français René Belloq.
Revenu à la vie civile à son poste de professeur universitaire d'archéologie, il est mandaté par les services secrets et par son ami Marcus Brody, conservateur du National Museum de Washington, pour mettre la main sur le Médaillon de Râ, en possession de son ancienne amante Marion Ravenwood.  Cet artefact égyptien serait en effet un premier pas sur le chemin de l'Arche d'Alliance. Une pièce historique aux pouvoirs inimaginables dont Hitler cherche à s'emparer..

Alors… il est difficile de donner son avis sur un film aussi culte parce que je suis sure de me faire huer ou taper quoi que je dise, donc je vais en prendre mon partie et être la plus honnête possible. L’histoire est somme toute classique… Un aventurier à la recherche de pièces rares pour le compte d’un musée, qui se retrouve face au plus gros coup de sa vie. Bon, pourquoi pas. Le récit est plaisant et j’ai passé un bon moment malgré les méchants évidents et les événements que l’on voit venir à des kilomètres. La seule chose qui m’a déplu, c’est la longueur de la fin. Indiana Jones et les méchants jouent trop à « l’arche est à moi, non à moi, non à moi » et au bout d’un moment c’est un peu lassant. Mais sinon, l’histoire m’a bien plu.

Du côté des personnages (au-delà des clichés… c’est un vieux film donc je ne m’attarderai pas là-dessus), j’ai eu un peu du mal avec le personnage féminin. A part être l’élément en détresse du film et passer son temps à boire ou à hurler, je ne lui ai pas trouvé d’utilisé particulière. Les méchants évidents sont tout de même bien amenés mais j’ai trouvé dommage qu’ils ne soient pas plus utilisés, il y avait une bonne matière pourtant. Je m’arrêterai dans un dernier point sur le personnage d’Indiana Jones. Je comprends pourquoi il est aussi connu et pourquoi il fait autant rêver. Il se sort de toutes les situations, il est courageux, bel homme (oui c’est le minimum qu’on demande à Harrison Ford), mais j’ai été un peu déçu. Je pensais qu’il allait quand même être plus mis en valeur par des dialogues par exemple. A voir ce que ça donne dans les autres films, j’espère que le personnage aura plus de profondeur.

Pour terminer, un petit mot sur la technique. Je réitère, c’est un vieux film donc je ne critiquerai pas, je donnerais juste en vrac quelques éléments qui m’ont fait rire : les combats chorégraphiés (surtout celui de la fin contre la grosse brute), les fonds verts (aarg) et les effets spéciaux (les dégâts de l’arche sur les corps… beurk…).


En résumé, c’est un film que j’ai bien apprécié et je verrais les autres films avec plaisir (sous l’étroite surveillance de mon copain qui a failli faire une apoplexie quand il a appris que je ne les avais jamais vu…). 

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire