dimanche 1 mai 2016

Captain America : Civil War


La sortie d’un film Marvel c’est toujours un événement. Un événement mondial. Et tout le battage médiatique autour de Captain America Civil War n’a pas fait exception à la règle. Dès la première diffusion des images du film nous avons été invité à choisir notre camp : Team Cap ou Team Iroman ? Personnellement, je suis dans l’équipe IronMan, tout simplement parce que le personnage de Capitaine America ne trouve pas grâce à mes yeux. Je le trouve suffisant, peu développé et enfermé dans son rôle de défenseur des valeurs de l’Amérique. Je n’ai pas aimé le premier film qui lui était consacré, et je n’ai pas vu le deuxième. Et c’était une erreur de ma part !

Steve Rogers est désormais à la tête des Avengers, dont la mission est de protéger l'humanité. À la suite d'une de leurs interventions qui a causé d'importants dégâts collatéraux, le gouvernement décide de mettre en place un organisme de commandement et de supervision. Cette nouvelle donne provoque une scission au sein de l'équipe : Steve Rogers reste attaché à sa liberté de s'engager sans ingérence gouvernementale, tandis que d'autres se rangent derrière Tony Stark, qui contre toute attente, décide de se soumettre au gouvernement...



Premièrement, le synopsis est complétement faux ! La discussion sur « se soumettre ou non au gouvernement » ne représente qu’une petite partie du film. Certes, une partie de l’histoire découle de cette décision mais selon moi, ce n’est pas l’essentiel du propos. Le film pose la question de la loyauté et jusqu’où quelqu’un est prêt à aller pour cette loyauté. Au final, au nom de celle-ci, Steve Rogers décide d’aider son vieil ami contre certains de ses coéquipiers. Chacun décide alors de former son équipe. Et cela donne lieu à un combat épique dans l’aéroport vers les ¾ du film. C’est le moment où j’ai le plus accroché, chaque personnage apportant son petit truc. Mais on sent que ça ne fait plaisir à personne de se battre les uns contre les autres. Au final, tout le film tourne autour du « je t’aime, moi non plus » pour se terminer sur la victoire du méchant. Oui, pour moi c’est le méchant qui a gagné. Mais l’espoir incarné par les Avengers est toujours présent et pour le coup, c’est Capitaine America qui en est le plus digne.

Du côté des personnages, j’ai eu quelques soucis de compréhension concernant la relation de Steve Rogers avec le soldat de l’hiver (puisque je n’ai pas vu le film concernant ce personnage) et j’ai été un peu gênée tout au long de la séance. Mais mention spéciale à Spider-Man ! Je craignais un peu son arrivée (adolescent gringalet au milieu des adultes) mais il apporte un côté frais et la dose d’humour qui manquait. Ce que j’ai apprécié aussi, c’est que tous les personnages sont mis en valeur à un moment ou à un autre à la différence des films Avengers (où c’est surtout IronMan et Capitaine America qui mène la danse).

Enfin, je terminerais cet avis avec un petit mot sur la technique. La caméra qui bouge pour les scènes d’action… s’il vous plaît stop ! Elle donne le mal de mer et rend la scène quasiment illisible. Je sais que le but est d’emmener le spectateur au plus près de la scène d’action mais c’est raté car c’est mal dosé. Et puis les noms des villes écrits en gros en blanc sur l’écran… C’est possible de les mettre en tout petit dans le coin vous savez…


En résumé, c’est un bon film de super héros malgré quelques détails qui m’ont déplu. J’ai passé un bon moment mais il y a certains points à retravailler pour atteindre la quasi-perfection. 

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire