lundi 21 décembre 2015

Sirius, le chien qui fit trembler le IIIe Reich


Profitons des vacances pour avancer dans la lecture des partenariats. J’ai terminé ce weekend le livre Sirius, le chien qui fit trembler le IIIe Reich, de Jonathan Crown que j’ai reçu via une opération masse critique privilégiée. Le livre va paraître le 21 janvier 2016 aux Presses de la Cité que je remercie chaleureusement. 

Brillant fox-terrier capable de communiquer en messages codés, Sirius émigre aux Etats-Unis avec la famille Liliencron, qui fuit l'Allemagne nazie. Arrivé à Hollywood, il devient la coqueluche des studios Warner Bros. et s'acoquine avec les plus grands : Rita Hayworth, Billy Wilder, John Wayne et Cary Grant n'ont plus de secrets pour lui ! Engagé ensuite par le cirque Barnum, son ascension dans le showbiz tourne court lorsqu'un tour de magie échoue et le fait «réapparaître» à Berlin. Il sera alors le dernier confident d'Hitler…

Ce livre arrive à point nommé ! J’étais dans de très bonnes conditions pour le lire et je ne dis jamais non à un petit roman jeunesse. L’histoire est celle de Sirius, jeune chien qui doit fuir l’Allemagne avec sa famille suite à la montée d’Hitler et de l’idéologie nazi. On comprend assez rapidement que sa famille est juive et qu’elle est menacée. Ceux-ci partent alors à Hollywood et découvrent une vie totalement différente. Sirius part avec eux et devient bientôt la coqueluche des studios de cinéma. Puis il devient star de cirque avant d’être réexpédié en Allemagne suite à une erreur humaine. On suit alors le jeune chien dans le bureau du Führer. Ce que j’ai énormément apprécié c’est que l’on suit uniquement le tout début et la toute fin de l’époque Hitlérienne. Les romans qui se placent pendant la deuxième guerre mondiale ont souvent lieu lors des déportations de juifs ou des grandes batailles. Ici on suit surtout la toute fin du Führer, chose assez rare. On assiste à sa déchéance. Puis, arrive la fin du roman. Et je dois avouer que je ne m’attendais pas à ça…

Concernant les personnages, j’ai été un petit peu déçu. Je m’attendais à ce qu’ils soient un peu plus développés. On ne connait pas suffisamment le caractère précis des deux époux ou de leurs enfants. Ils sont assez superficiels. Je sais que le héros c’est le chien mais je trouve que se concentrer un tout petit peu plus sur les maîtres aurait pu expliquer pas mal de choses. Le personnage d’Hitler est lui assez bien rendu. Et on découvre que derrière le tyran, il y a aussi un homme avant tout, rendu un peu plus humain par la présence du chien justement.


Enfin, je ferai une petite remarque sur le style de l’auteur. C’est un premier roman et c’est très prometteur. Le seul problème, c’est la chronologie. Les ellipses temporelles sont nombreuses et pas assez claires à certains moments. Le rythme est un peu saccadé et c’est dommage car on perd parfois le fil de l’histoire. Mais sinon, l’histoire est très bien et c’est très encourageant pour une première publication ! J’espère que l’auteur écrira d’autres ouvrages dans le même genre. 

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire