mardi 14 juillet 2015

Lame de fond


Dans le cadre du Printemps du Livre, j’avais décidé de lire un maximum de livres dont les auteurs étaient invités. Après Bal de Givre à New York de Fabrice Colin, j’ai eu entre les mains, Lame de fond de Linda Lê. Lorsque je suis allée au Speed-booking, du printemps du livre, la présentation qu’en avait fait les bibliothécaires m’avait énormément intrigué.

Que faire quand on est mort ? Cloué dans sa tombe en n’ayant rien à faire. La réponde parait évidente. On pense. On réfléchit sur ce qu’a été sa vie, sur ce qu’on aurait pu éviter, sur ce qu’on aurait pu faire à la place de nos erreurs. C’est ainsi que Lame de fond commence. Van est mort, et depuis sa tombe, il se livre à un monologue. Autour de lui trois femmes s’agitent : Laure sa fille, Lou sa femme, et Ulma sa maitresse. Chaque personnage se livre, racontant son enfance et les liens particuliers qui l’unissait au défunt. Une autobiographie à quatre voix teintée d’ironie et de poésie.  

« Je n’ai jamais été bavard de mon vivant. Maintenant que je suis dans un cercueil, j’ai toute latitude de soliloquer. ». Voila comment commence le roman. C’est intriguant n’est-ce pas ? Van ouvre le bal des confessions en racontant ce qui, selon lui la conduit dans ce cercueil. Puis c’est au tour de sa femme et de sa fille d’écrire leur histoire, et enfin celui d’Ulma. Tout au long, du roman, l’auteur nous révéle la vie de ses personnages de fond en comble. Rien ne nous échappe, de la plus grande joie à la plus grande peine en passant par les erreurs et les succès. Ces personnages sont extrêmement fouillés et de leurs méditations en résulte une question : Est-on acteur de notre propre histoire ou la regarde t’on seulement défilée ?

Mélant philosophie, poésie, biographie et ironie, ce livre est un bijou de littérature. Le style est excellent. On sent que l’auteur à puisé dans toutes les ressources de la langue française pour nous livrer ces personnages liés intimement à la fois par leur vie mais aussi par leurs pensées.


Bref, c’est un roman très agréable à lire, n’hésitez pas. De mon coté, je vais essayer de rencontrer l’auteur, je l’ai malheuresement manqué au Printemps du Livre. 

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire