mardi 14 juillet 2015

L'art d'écouter les battements de coeur


Imaginez qu’en tendant l’oreille, vous seriez capable de saisir le moindre battement de cœur et de reconnaître instantanément la personne à qui il appartient. Sorcellerie ou juste affinité particulière avec le monde des sons ? C’est ce que l’ouvrage de Jan Philip Skender, L’art d’écouter les battements de cœur, nous propose de découvrir à travers l’histoire de Tin Win et de sa fille Julia.

Tout d’abord, je tiens à remercier Babelio et les éditions du Livre de Poche qui m’ont permis de découvrir cet ouvrage via une opération privilégiée. C’est toujours un plaisir de découvrir dans sa boîte mail un petit mot proposant une nouvelle lecture. Je dois avouer que ce n’est pas le genre de lecture que j’affectionne habituellement mais j’ai décidé de me lancer et de savourer cet ouvrage. Nous suivons donc Julia, jeune avocate à New York qui décide de partir à la recherche de son père suite à la découverte d’une correspondance qu’il aurait entretenu avec une autre femme. Ses pérégrinations la mène jusqu’en Birmanie, pays natal de son père et le lieu où il a disparu.

J’ai été assez étonné à la lecture parce qu’en ayant parcouru le résumé, je ne m’attendais pas du tout à ce cheminement. Pour résumer, Julia part quasiment sur un coup de tête (enfin à mon sens) et atterris dans un pays dont elle ne connait rien. Coup de chance, la première personne qu’elle rencontre en Birmanie, c’est LE vieux bonhomme qui peut lui raconter toute l’histoire.

Au-delà de cette première facilité, qui m’a un peu refroidi, j’ai quand même réussi à me laisser porter par l’histoire. Même si c’est une histoire classique de recherche d’identité au travers de récits en flashback, j’ai beaucoup aimé la manière qu’a eue l’auteur de nous dépeindre les sentiments et les réactions de ses personnages. Honnêtement, à la lecture du résumé, je m’attendais à une histoire un peu plus fantastique. Déchiffrer l’âme des gens….quand même ! Mais au final, il s’agit plus d’un moyen pour le héros Tin Win de se familiariser avec son monde. De même pour l’histoire d’amour, je craignais quelque chose d’assez niais et au final, l’auteur arrive à nous la dépeindre toute en finesse et en douceur.


Mon dernier petit regret serait la fin. J’ai eu l’impression de ne pas avoir toutes les réponses aux questions soulevées par la lecture et j’ai eu le sentiment d’avoir une fin parce qu’il en fallait une. Je n’ai pas eu vraiment le sentiment d’avoir une conclusion à l’histoire. 

Cependant, j’ai tout de même apprécié ma lecture qui m’a fait voyager et fait faire une pause entre science-fiction et fantasy. 

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire