lundi 13 juillet 2015

Episode 10 - Le Cirque à vapeur


 Un panache de fumée noire s’élevait à l’horizon, dans la direction de Blois. L’être métallique émit un grognement de satisfaction tandis que sa compagne, referma avec soin les panneaux rougeoyants de sa cage thoracique lui glissa d’une voix aigrelette : « Et voici un nouveau tour du célèbre duo Mécamort et Juliette, Henri de France, applaudissez ! »

Puis se donnant le bras, le couple pénétra sous le chapiteau, permettant à leur maître, le Docteur Pendulus de souhaiter officiellement la bienvenue à ses deux invitées. L’une d’entre-elles semblait fort peu goûter la cérémonie : « Misérable gnome ! Vous osez nous accueillir en présence de ces deux monstres qui nous ont enlevées à Chambord ? Laissez-nous partir tout de suite, sans quoi nos soldats viendront bientôt régler son compte à votre Musée des Horreurs !
-Quelle ingRRatitude, Mademoiselle de FRRance ! Je ne vous veux que du bien, à vous et à votRRe amie ! Je vous ai libéRRées de votRRe sinistRRe pRRison aRRistocRRatique at vous allez pouvoiRR maintenant vivRRe une véRRitable existance de jeune fille épanouie ! J’en pRRends vos deux sauveteuRRs à témoins. Qu’en penses-tu, MécamoRRt ? »
          
L’être métallique darda son regard luminescent sur Marie-Caroline et, entre deux grincements, déclara avec emphase : « Mission accomplie, docteur. Oiseau de fer abattu ! Poursuivants éliminés…
-Foutredieu, souffla la princesse à Suzon, ils ont eu l’Albatros  !
-Alors, nous sommes perdues, Marieke, c’est la fin ?
-Pas encore ! murmura la jeune fille, d’un ton étrangement assuré.
-Assez de messes basses, je vous pRRie, mesdemoiselles. Cette excellente nouvelle devRRait vous RRéjouiRR ! Vous voilà enfin libRRes de RRejoindRRe la tRRoupe extRRaoRRdinaiRRe du CiRRque à VapeuRR ! »
          
Marie-Caroline fit un digne discret à Suzon pour la dissuader de réagir en lui faisant comprendre qu’elle souhaitait gagner du temps. « Eh bien, Docteur Pendulus, puisqu’il en est ainsi, faisons contre mauvaise fortune bon cœur et tâchons de nous comprendre !
-Vous me voyez RRavi de vous voiRR RRevenue à de meilleuRRs sentiments ! Suivez-moi ! Je vais vous prRRésenter ma gRRandiose invention ! »

          
Les deux jeunes filles furent d’abord aveuglées par l’intensité de la lumière du jour mais, quand elles ouvrirent les yeux, elles crurent n’être pas sorties de leur cauchemar. Le chapiteau qu’elles venaient de quitter était installé sur une plateforme circulaire hérissée de quatre cheminées gigantesques et l’ensemble se déplaçait de façon chaotique, bien loin de la régularité d’un train à vapeur où elles avaient d’abord cru être embarquées. En se penchant un peu, les deux amies comprirent pourquoi le déplacement du cirque ne correspondait à rien de ce qu’elles connaissaient. Sous la plateforme, se mouvaient en un vacarme indescriptible, quatre longues pattes métalliques articulées qui faisaient avancer le cirque comme s’il s’était agi d’un abominable insecte géant, prêt à tout  écraser sur son passage. Le spectacle était à la fois magnifique et terrifiant et les jeunes filles se serrèrent machinalement l’une contre l’autre sous l’orgueilleux rire du Docteur Pendulus qui savoura l’instant en portant l’estocade : « Mes chèRRes demoiselles, je vous annonce   que nous aRRivons chez notRRe  gRRand ami d’Amboise : l’héRRoïque PRRéfet Abdel KadeRR de Clos Lucé ! »

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire