lundi 13 juillet 2015

Contes des Royaumes - Tome 1 : Poison



Une relecture d’un conte est toujours une manière de découvrir comment chaque personne réinterprété et s’approprie le mythe. Et en voyant que Milady sortait trois adaptations de contes, j’ai sauté dessus. Le premier que j’ai acheté est la réécriture du conte de Blanche-Neige, Poison.

Il est inutile, je pense de vous présenter le conte de Blanche Neige. La belle princesse traquée par sa belle-mère, qui est épargnée par le chasseur et trouve refuse chez les nains, pour être finalement empoisonnée et réveillée par le baiser de son prince charmant. Ici, c’est une version un peu différente que l’auteur nous livre.

La première chose qui frappe dans ce livre, c’est la beauté de l’objet livre. C’est une couverture rigide rouge avec une fiole de poison en guise d’illustration. Je pense que les trois livres dans ma bibliothèque seront du plus bel effet. En plus, la couverture brille un peu.

Concernant le texte, tout au long de ma lecture j’ai été un peu perplexe. J’avais plutôt l’impression de trouver une novélisation de la série Once Upon a Time. Je trouvais les personnages extrêmement ressemblant voir identiques. J’ai malgré tout continué car je déteste ne pas finir un livre. Et finalement c’est un avis plutôt positif que j’en ai retiré.

J’ai beaucoup apprécié la psychologie du personnage de la reine. Finalement, elle n’est pas mauvaise, juste jalouse et perdue. Elle a séduit le roi pour obtenir le pouvoir, c’est un fait mais elle n’a pas choisi son destin car elle a été mariée de force. Blanche Neige représente pour elle tout ce qu’elle n’a pas pu avoir. Alors elle l’envie et va jusqu’à désirer sa mort pour être enfin en paix.

Chose curieuse dans cette réécriture, le personnage de Blanche Neige est finalement assez peu mis en avant. Elle est décrite, mise en scène dans peu de situations pour finalement s’effacer de l’histoire au profit des autres personnages. Le prince est extrêmement intéressant. Adieu beau sauveur sur le cheval blanc. Ici, c’est un misogyne opportuniste peut être même plus mauvais que la reine.


Concernant l’histoire, on ne s’attend absolument pas à la scène de fin. C’est ce qui m’a plu dans ce roman (et ce qui le sauve aussi je pense). Mais je ne trouve pas que la réécriture soit si bien amenée. Je pense que se contenter d’un chapitre de véritable transformation de l’histoire est un peu facile. Malgré cet aspect, je suis quand même curieuse de découvrir les autres volets de la série.   

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire